Revenir au Népal

Après 2 années difficiles, suite au tremblement de terre du 25 avril 2015 et le blocus imposé par l’Inde, le secteur du tourisme est reparti depuis ce printemps (460 000 touristes ce printemps, Indiens et Chinois en tête).

Dans la région du Langtang, très durement touchée, la reconstruction est bien avancée et les treks ont repris, permettant ainsi aux habitants d’avoir du travail et un revenu.

Les villages de Langtang et de Kyanjing Gompa sont actuellement en mesure d’accueillir 300 touristes par jour. Les sentiers de trekking depuis Syaphru Besi ont été remis en état et sécurisés.

Concernant les 8000m, la saison himalayenne de ce printemps est plutôt bonne. En effet, 109 expéditions ont été organisées (avec un total de 840 grimpeurs) :

  • 450 ont gravi l’Everest (dont 190 étrangers),

  • 113 le Lhotse,

  • 77 le Dhaulagiri,

  • 45 le Makalu,

  • 14 les Annapurna

  • et aucun pour le Kangchenjunga pour cause de mauvais temps…

     

    Autre point positif, le Népal a nettement progressé dans les domaines de la santé et de l’éducation, particulièrement dans les régions éloignées de la capitale. On note ainsi une augmentation de l’espérance de vie de 12 ans depuis 1990.

D’après l’étude 2017 menée par «Social Progress Imperative»*, le pays se classe 91ème** sur 128 (la France est 19ème), la comparaison la plus pertinente se faisant avec ses voisins asiatiques : le Sri Lanka est 73ème, la Chine 83ème, l’Inde 93ème et le Pakistan 105ème.

 

Cependant, l’un de points noirs au Népal reste son accessibilité. En effet, pour le moment, il n’y a qu’un seul aéroport international, celui de Kathmandu Tribhuvan, relativement petit et proche de la saturation.

Des projets d’agrandissement de l’aéroport de Pokhara (pour permette une liaison directe avec Dehli) ont commencé ce 2 août.

Et pour toutes celles et ceux qui auraient peur de se faire arnaquer en prenant le taxi à Kathmandu (toute une aventure en soi!), le gouvernement népalais a imposé aux chauffeurs de taxis d’installer une facturation avec ticket de reçu. Sur les 9500 taxis de la ville, 70% l’ont installé. Affaire à suivre !

A man climbs a ladder to repair electrical wires on a utility pole in Indrachok of kathmandu on Friday, June 15, 2016. Photo: RSS

Une des particularités visuelles de la capitale est son enchevêtrement de câbles aériens en suspension, enfilés là depuis des années ! Le gouvernement a décidé d’y remédier. Ainsi, d’ici septembre, les câbles à faible hauteur seront démêlés, resserrés, identifiés au moyen d’une étiquette et un projet de pose de lignes électriques souterraines est à l’étude.

* « Social Progress Imperative » est une organisation US qui établit un classement des pays pour leur « progrès social ».

Le progrès social est défini « comme la capacité d’une société à répondre aux besoins humains fondamentaux de ses citoyens, à établir les éléments constitutifs qui permettent aux citoyens et aux communautés d’améliorer et de maintenir la qualité de leur vie et de créer les conditions pour tous Les individus pour atteindre leur plein potentiel. »

Sont pris en considération dans l’indice de progrès social : l’eau, l’assainissement, la nutrition, l’éducation, la santé, l’accès au TIC (Technique de l’Information et de la Communication), etc.

L’indice est basé sur trois axes incluant 52 indicateurs :

  • Les besoins de base (Basic Human Needs), basés sur l’alimentation, la santé, l’assainissement, le logement, l’accès à l’électricité, la sécurité, etc.

  • Les fondations au bien-être (Foundations of Well-being), basées sur l’alphabétisation, l’éducation, l’accès aux médias, l’espérance de vie, le taux de suicide, l’obésité, la pollution, l’environnement, etc.

  • Les opportunités (Opportunity), basées sur les droits politiques, de propriété, la corruption, la tolérance sociale, l’accès à l’éducation supérieure,etc.

** http://www.socialprogressindex.com/?tab=2&code=NPL

Publicités

Karuna-Shechen, bâtir un avenir meilleur pour les enfants du Népal

Le 25 avril et le 12 mai 2015, deux terribles séismes ont ravagé le Népal et fait près de 9000 victimes. D’innombrables villages, maisons et écoles ont été dévastés. Deux ans après la catastrophe, notre travail se poursuit.

lire la suite sur http://karuna-shechen.org/fr/actualite/nepal-batir-un-avenir-meilleur-deux-ans-apres-les-seismes/

 

Bodnath

Le stupa de Bodnath, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, vient d’être inauguré ce 22 novembre.

Le sanctuaire, endommagé par le séisme d’avril 2015, avait vu son harmika (le sommet) démantelé afin d’être restauré.


La base du stupa se compose de 3 terrasses, représentant un mandala géant que les fidèles peuvent parcourir. On peut y voir 108 niches contenant chacune une statue du bouddha. Cette base représente la terre, la coupole, l’eau, la tour surmontant la coupole, le feu, la couronne, l’air et le sommet, l’éther. C’est sur la base de la tour carrée, le harmika, que sont dessinés les yeux immenses du bouddha. La partie supérieure en forme de pyramide allongée se compose des 13 degrés représentant le chemin vers l’éveil.

Karuna-Shechen

Népal – Nos accomplissements

La participation active des villageois est indispensable pour garantir le succès à long terme de nos projets sur le terrain. C’est pourquoi au Népal, pour aider les communautés affectées par les séismes de 2015, nous misons sur la formation et le transfert de connaissances. Nous fournissons aux villageois les outils et les connaissances dont ils ont besoin pour améliorer leur conditions de vie et offrir un meilleur avenir à leurs enfants.

Voici ce que nous avons accompli à ce jour, grâce à votre soutien :

RECONSTRUCTION ET SOUTIEN AUX ÉCOLES

NepalRehabSep16santé_vignette

FORMATIONS PREMIERS SECOURS

3

 ÉLECTRIFICATION SOLAIRE DES VILLAGES

vignette_solaire

FORMATIONS SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

sécurité alimentaire

PRÉVENTION DU TRAFIC D’ÊTRES HUMAINS

NepalRehabSep16_trafic

lien : http://karuna-shechen.org/fr/actualite/nepal-results/

 

Le Népal veut promouvoir un tourisme « vert ».

 

Le Népal souhaite développer le tourisme « vert » dans les régions du Kangchenjunga, Makalu, Dolpo, Mustang et Langtang.

Le but est de développer l’agriculture biologique et de créer des liens entre cette agriculture, les agriculteurs et les touristes dans ces régions.

Cette niche touristique le Népal veut la promouvoir. Aujourd’hui seules les régions de l’Annapurna et du Khumbu profitent du tourisme. En développant un tourisme vert le Népal veut promouvoir le tourisme dans  les régions agricoles aujourd’hui oubliées des touristes.

Le Népal n’utilise pas les engrais chimiques. Il produit et consomme déjà dans la grande majorité localement.

On connait du Népal les pommes de Marpha et de Dolpa, les haricots de Humla, les lentilles de Chitwan, le riz de Jumla, ainsi que le miel, le thé, le café, etc.

 

Lu sur le blog de Khumbu Shangrila, 17/09/2016

http://www.shangrila-trek.com/blog/

 

Nouveau 1er ministre, nouveaux défis

Le chef du parti maoïste est devenu Premier ministre

Le 04 août, le maoïste Kamal Dahal a été élu premier ministre du Népal. Voici quelques uns des défis à relever pour le nouveau gouvernement :

  • Donner de la stabilité au gouvernement : son gouvernement est le 9ème sur les 10 dernières années car les différentes coalitions n’arrivent jamais à s’entendre.
  • Pérenniser la nouvelle Constitution de 2015 et la faire accepter par les groupes ethniques dissidents.
  • Apaiser le pays suite au conflit avec l’Inde.
  • Combattre la corruption au sein des politiques et des fonctionnaires.
  • Relancer l’économie avec une croissance de moins de 1,5% en 2015 (3,5 % pour les années précédentes).
  • Développer l’énergie hydraulique (actuellement, la pénurie d’électricité entraîne des délestages de près 10h par jour).
  • Reconstruire ce qui a été détruit par le séisme de 2015 et venir en aide aux populations qui attendent toujours d’être relogées.

(source : http://www.shangrila-trek.com/blog/)

Pushpa Kamal Dahal, dit Prachanda

Le leader du parti maoïste du Népal, Pushpa Kamal Dahal, un ancien rebelle qui fut déjà Premier ministre en 2008/2009, était pratiquement assuré mardi de devenir le prochain chef du gouvernement, puisqu’il était le seul candidat à ces fonctions. Continuer la lecture de Nouveau 1er ministre, nouveaux défis

Delhi-Pokhara en bus, 4 liaisons par jour

Après la mise en service en 2015 d’une liaison par bus entre Delhi et Kathmandu c’est maintenant une liaison Delhi Pokhara qui est opérationnelle depuis lundi 11 juillet.

4 bus de luxe par jour entre Pokhara et Delhi ainsi que 4 autres entre Delhi et Pokhara.

Le tarif d’un aller est de 30 euros pour les Népalais et les Indiens certainement un peu plus pour les touristes.

Lorsque l’aéroport International de Pokhara sera terminé il y aura aussi des liaisons aériennes avec moyens porteurs type A320 ou Boeing 737 entre les 2 villes.

Liaisons routières ou aériennes c’est une bonne nouvelle pour désengorger Kathmandu. Surtout que les Indiens sont de très loin les touristes les plus nombreux au Népal.

Pour les trekkeurs qui vont dans les secteurs du Dhaulagiri, Mustang ou de l’Annapurna cela peut être une alternative à Kathmandu.

 

Lu sur le blog Khumbu Shangrila, 12 juillet 2016

http://www.shangrila-trek.com/blog/